Association Pour la Promotion de la Santé Animale

home

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FAUNE SAUVAGE TEMOIGNAGES DE SAUVETAGE

 

Vous trouverez des témoignages de personnes qui ont pu sauver un animal sauvage. Dans tous les cas, ces sauvetages ont pu se faire grâce à l'intervention des vétérinaires spécialisés, des centres de soins et de conseils avisés.

Nous sommes très souvent contactés pour des conseils de sauvetage. Hélas, dans de trop nombreux cas, les conseils ne sont pas suivis et l'animal n'a aucune de chance de survie. Dans ce cas, nous ne recevons jamais de bonnes nouvelles. Et puis, il y a les personnes, animées de bonnes intentions mais inconscientes, qui pensent pouvoir, seules, sauver l'animal pour le réintroduire dans son milieu alors qu'elles n'ont aucune connaissances précises des besoins présents et futurs de l'animal. Dans de nombreux cas c'est l 'alimentation non adaptée qui conduira à la mort. Le non apprentissage de la chasse, de la vie avec ses congénères conduira également l'animal à la mort après sa réintroduction.

Nos conseils : dans tous les cas, contactez un vétérinaire spécialisé dans un centre de soins qui vous dira ce qui est de votre ressort et ce qui est du ressort des spécialistes. Si vous devez conduire un animal dans un centre de soins loin de chez vous et que vous ne pouvez vous déplacer, contactez le centre qui dispose bien souvent d'adhérents qui servent de relais. Sachez que chaque heure compte pour la survie de l'animal, qu'un aliment inapproprié, une manipulation dangereuse conduit à la mort.

 

Sauvetage d'une hirondelle par Elisabeth

 

Le 13 juillet au soir, je discutais dehors chez ma cousine quand j'ai entendu des pépiements qui venaient de par terre. J'ai d'abord levé la tête en me disant que les sons venaient du haut où se situent deux nids d'hirondelle. Je vois un nid détruit, alors qu'il ne l'était pas il y avait quelques jours. je me dis que je rêve, mais le pépiement reprend, je regarde par terre où il y a un rosier et je vois trois petites masses grises... trois cadavres d'oisillon. je desserre les branches de ronce et je découvre un oisillon bien vivant qui piaillait à perdre haleine. Je l'ai donc ramassé et je lui ai donné quelques mouches que j'ai pu glaner ici et là chez les voisins. Depuis le 13 juillet au soir, je vois le changement tous les jours. Je lui donne des petites boulettes de steack haché environ toutes les heures 1/2 au début et moins souvent maintenant (toutes les deux heures 1/2 voire trois heures) et ce du matin 6 heures (elle me réveille) à la nuit. Je la rassasie à chaque repas.

Pour son "nid", j'ai pris un gros bol dans lequel j'ai placé du foin et des plumes (d'un oreiller trop gonflé). Depuis deux jours, je sors le bol sur le bord de ma fenêtre (au nord) afin qu'elle entende ses congénères et peut être que cela lui donnera envie de les rejoindre. Ma maison est juste à côté de la maison où elle est née. En tous les cas elle observe tout, m'appelle quand elle à faim, sait me dire stop quand elle ne veut plus rien. C'est trop.... beau.

Beau jusqu'au jour où Elisabeth nous contacte car l'hirondelle ne mangeait plus beaucoup. Nous lui donnons alors la marche à suivre pour ne pas faire d'erreur et nous la conseillons pour nourrir correctement l'oisillon. Quelques jours plus tard :

J'ai une grande nouvelle.... l'hirondelle s'est envolée hier soir à 19h45 au moment où les autres hirondelles viennent se nourrir près des maisons. Toute la journée elle était nerveuse à battre des ailes et même faire des essais de vols dans ma cuisine, puis elle s'est lancée depuis mon index. Elle a traversé la cuisine et est sortie par la fenêtre. Trop beau et trop rapide en un sens, même si le but était qu'elle soit autonome. Réussite totale si ce n'est le manque de sa présence. Ma fille de 7 ans en a pleuré toutes les larmes de son corps parce qu'elle ne la verrait plus

 

 

 

Sauvetage d'un hibou par Tidine

 

Le 17 juillet 2006 appel reçu sur le forum de l'Association

Ce matin, nous avons trouvé un bébé ou un petit hibou.Pour le moment il est dans un carton, dans une pièce sombre mais je ne sais pas quoi en faire, ni quoi lui donner à manger. Il n'y a pas de vétérinaire aujourd'hui. Dois-je le relâcher, le nourrir? Dès que j'approche la main, il se gonfle. Il marche dans le carton. Il est gris noir, les yeux jaunes, et je dis que c'est un hibou mais je n'en suis pas sur ( j ai regardé sur internet , il a des "aigrettes" donc je crois que ce n 'est pas une chouette).

L'animal ne peut rester au sol à attendre ses parents car les chats rôdent. Dans la journée, la personne qui a trouvé cet animal, contacte sur les conseils d'une forumeuse un centre de soins de LPO près de chez elle, pour ne pas faire d'erreur. Les consignes ont été suivies et le lendemain nous avions de bonnes nouvelles : .

Lundi soir à 20h00 j ai placé le petit hibou dans le jardin (avec un gros pincement au coeur et beaucoup d hésitation), à l'endroit où nous l'avions trouvé, mais je l'ai laissé dans le carton ( qui n'était pas très haut) après avoir demandé à mes voisins les plus proches de rentrer les chats quelques heures !!!

30 minutes plus tard , je suis retournée voir (à distance), le petitou était dans l'herbe et je l'ai vu "grimper" sur le mur. Une fois en haut, il a appelé ses parents (avec des petits gloussements) et ils sont arrivés...je suis partie pour ne pas les gêner.....Lorsque je suis revenue, j'entendais toujours les cris (des parents et du petit) mais dans un arbre à coté de chez moi (et vu le bruit qu ils ont fait, je peux vous dire qu ils sont restés une grande partie de la nuit dans cet arbre (qui est sous la fenêtre de ma chambre !!)

Hier soir j ai revu le petit hibou sur mon mur avec un des parents ...et je l'ai même vu "voler"(enfin c'etait plutôt un grand saut) dans un arbre .

Voila je suis super contente qu il ait retrouvé ses parents (grâce à vos conseils) car moi j'aurais chercher à le nourrir pour le relâcher une fois grand (mais il serait sûrement mort avant)

 

 

 

Sauvetage d'un moineau par Caroline

 

Je nourris ce petit moineau avec de la bonne pâté pour chats. Il mange très bien. Il ouvre le bec tout seul. On l'a déjà un peu entraîné au vol. Il lui manque encore une plume qui doit sortir de son étui à gauche et à droite et il sera apte à voler fonctionnellement. Pour le moment, on lui fait faire de l'exercice pour qu'il se muscle. On l'a mis dans un arbre et il a appris à sauter d'une branche à une autre et prenant même l'élan suffisant pour sauter en hauteur et voler un petit peu. Pour mes enfants, c'est difficile d'accepter de laisser partir leur ami et de ne plus avoir de nouvelles de lui. Mais il faut qu'il aille fonder sa famille et au printemps prochain, il reviendra peut être chanter dans notre jardin. Et d'autres Bip auront encore besoin de nous.

 

 

 

Sauvetage d'un renardeau

 

Je tenais à vous tenir informée de la suite des évènements : Nous avons, grâce aux adresses que vous m'avez fournies, réussi à trouver un centre (à Lisieux) qui a déjà plusieurs renardeaux du même âge que notre petit protégé et assure leur réintroduction en milieu naturel par adaptation progressive. Nous y apporterons le renardeau demain après-midi. Un grand merci pour l'aide que vous nous avez apportée dans cette affaire qui fut bien complexe.(Anonyme en Région parisienne)

 

 

 

Sauvetage d'un martinet

 

Un matin, en ouvrant mes volets, je trouve un oiseau par terre, juste devant ma porte fenêtre. Il ne semblait pas blessé. Je le mets au milieu de la pelouse mais il ne s'envole pas. Il a l'air assez vif et quand je lui parle, il tourne la tête et me regarde. Je le mets dans un carton à l'ombre car ce jour là, il faisait très chaud. Il fallait que je trouve rapidement qui il était pour pouvoir le nourrir ou lui trouver un centre de soins adapté. Après des heures de recherche angoissantes, n'ayant pu joindre le centre de soins ni le centre LPO, je m'aperçois qu'il s'agit d'un martinet. Le martinet ne peut pas s'envoler du sol et il lui faut en plus, un terrain très dégagé pour pouvoir décoller. Suivant vos conseils, je prends délicatement le martinet sur ma main. Il me semblait faible. En sortant du jardin, il tend néanmoins la tête, regarde autour de lui mais ne s'envole pas. Il y avait trop d'arbres autour de nous. Je me rends sur le terrain de foot jouxtant les enclos pour les animaux. Je lève ma main le plus haut possible et je cours de plus en plus vite comme vous me l'aviez indiqué. A ce moment, le martinet à commencer à déplier ses ailes puis il s'est envolé. Ce fut un véritable bonheur de voir d'autres martinets venir le rejoindre dans un superbe ballet.(Gérard en Normandie)

 

 

 

Sauvetage des bébés hérissons

 

Le jeudi 1er octobre en pleine journée un bébé hérisson a traversé mon jardin et s'est dirigé tout droit vers ma chienne D'Jaine.

Je me suis renseignée et j’ai vu qu’on pouvait les nourrir avec de la pâtée pour chat. Le soir il est revenu vers nous (la chienne et moi) visiblement affamé. Je lui ai préparé une gamelle qu’il a vidé sans souci, puis il est reparti dans la haie, il faisait 6°C, ça me souciait mais après tout le hérisson est fait pour vivre à l’extérieur. Le lendemain midi il est revenu, il suivait le chien avec application, je l’ai nourri, il avait trois mouches autour de lui, ça m’énervait mais bon, le hérisson est un animal rustique……. J’ai fait des recherches sur internet et suis arrivée sur le site du Sanctuaire du hérisson, là j’ai compris plein de choses, ce pauvre bébé était en perdition, voué à une mort certaine, de faim, de froid ou des œufs de mouches….

J'ai acheté une petite cabane en bois, de la paille et des boites et croquettes pour chaton.

A 18h, ce vendredi Bébé était dans le jardin et guettait mon retour avec impatience. Il a tout de suite mangé puis est rentré dans sa nouvelle cabane faire une sieste. Quel âge avait-il, quel était son poids, allait-il survivre, aurait-il assez chaud, était-ce un mâle ou une femelle, sa mère l’avait-elle perdu ou abandonné ????? Que de questions et que de soucis…..

Bref, il mangeait bien, il était à l’abri, ma chienne rassurée le couvait du regard, tout n’allait pas si mal.

J’ai repris mes lectures sur la vie des hérissons puis je suis sortie pour D’Jaine et là elle s’est arrêtée et est venue me chercher ! Et là contre ma clôture le même bébé en boule tétanisé de peur et de froid ! Je l’ai mis dans l’enclos avec très certainement son frère ou sa sœur … Il ronchonnait et soufflait, ce doit être un mâle, pas possible de râler comme ça ! Une heure après je suis retournée dans le garage, j’ai soulevé la petite cabane, ils dormaient en rond l’un contre l’autre, très mignons.

Le 03 octobre, je les ai pesés 150g, un peu plus pour le premier. Je pensais surnommer le premier bébé Héri, du coup le deuxième est devenu Son. Ils se sont organisés, ils ont rentré toute la paille de l’enclos dans leur cabane, le nid est plus douillet comme ça.

J’ai écrit au Sanctuaire pour avoir des informations supplémentaires, qu’ils m’ont envoyé rapidement d’ailleurs.

Le 1er novembre ils pesaient 484g et 434g, depuis quelques jours ils arrivent à manger des croquettes, j’ai fait une fiche de poids car je trouve qu’ils grossissent à vue d’œil, vais-je en faire des ‘’Sumos’’ ?

Nous sommes partis pour quelques mois de vie presque commune jusqu’en avril, avec les beaux jours, il faudra les habituer à l’extérieur et les relâcher.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous nos textes, photos et graphismes sont déposés en Copyright
Reproduction même partielle interdite sans l'accord de l'Association et des auteurs

 

thème librement inspiré du template beez http://www.free-css.com/