Association Pour la Promotion de la Santé Animale

 

 

 

 



 

 

 

 

 

chien
L'obesite du chien
chien

Toutes les données des fiches santé sont validées par le Dr Séverine Manuel, vétérinaire

 

Comme chez l’homme, nos chiens connaissent cette maladie de plus en plus fréquemment puisque environ 35% d'entre eux sont obèses (estimation de 2007), et cette proportion augmente.


Au plan clinique, un animal est en surpoids s’il pèse 10 % de plus que son poids idéal, et il est considéré obèse s’il pèse 15 % de plus que son poids idéal, avec apparition quasi-certaine de problèmes de santé au-delà de 20% de trop.

L’espérance de vie est diminuée de près de 2 ans.


Qu’est-ce-que l’obésité ?


C’est l’accumulation excessive de masse adipeuse dans l’organisme. L’obésité est la forme la plus courante de malnutrition chez les animaux.

Comment identifier le surpoids ?


- On ne lui sent plus les côtes en le palpant de chaque côté de la cage thoracique.
- Sa taille n’est plus marquée.
- Il a des bourrelets de graisse au niveau des hanches.
- Il a du mal à marcher.
- Il se déplace lentement.
- Il est essoufflé.
- Il est de mauvaise humeur.
- Il dort beaucoup.

Votre chien est mou et présente moins d’intérêt pour les activités intenses.

Une autre méthode encore plus fiable : peser votre chien. Soit chez vous sur un pèse- personne si le chien n’est pas trop lourd à prendre dans les bras soit chez votre vétérinaire. Ce service est gratuit et en libre service. Très souvent, vous trouverez, au dessus de la balance, une table des poids en fonction de la race de votre animal (aïe aïe aïe).


Quand on vit tous les jours avec un animal, on ne voit pas s’installer les kilos en trop. L’épreuve de la pesée reste le meilleur moyen de contrôler son poids.

 

Quelles sont les causes de l’obésité ?


Comme le précise Dominique Grandjean, docteur en nutrition et enseignant à l’ENV de Maisons-Alfort :


« Il faut savoir que le phénomène d’obésité provient le plus souvent du comportement des maîtres. Qu’il s’agisse de chiens, de chats ou d’autres animaux, ils n’ont aucune raison valable de limiter leur ration alimentaire et ne font que subir la situation qui leur est imposée.
L’achat de ces animaux de compagnie ayant la plupart du temps une finalité affective, ils sont alors traités comme tels. Les propriétaires cherchent à leur faire plaisir et les gâtent plus que de raison, ce qui n’arrange en rien le maintien de leur ligne. »


On peut donc, sans hésiter, dire que la cause principale de l’obésité est due à une suralimentation.


Elle vient également d’une alimentation déséquilibrée trop riche en graisses et même en sucres et bonbons.


Le manque d’exercice est un facteur aggravant l’obésité.


La stérilisation et la castration modifient le système hormonal du chien comme de la chienne qui ont tendance à prendre de l’embonpoint d’autant plus qu’ils éprouvent moins le besoin d’avoir de l’exercice. Les deux ou trois mois qui suivent la castration sont cruciaux et le suivi devra être sérieux à ce moment là pour établir un régime alimentaire équilibré et efficace.


Le risque d’obésité augmente avec l’âge du chien.


Un chiot en surpoids aura plus de risque de devenir un chien adulte obèse.


Dans de rares cas, l’obésité peut être la conséquence d’une maladie comme le dérèglement de la glande thyroïde ou des surrénales.


Certaines races semblent plus prédisposées à l’embonpoint et demanderont donc plus de surveillance dès le jeune âge, d’autant plus dans les mois suivant la castration (Labrador, Cairn Terrier, Beagle, Cavalier King Charles, Epagneul, Cocker).

 

Les conséquences de l’obésité

 

L’obésité entraîne des problèmes respiratoires, cardiaques, musculaires, articulaires (ruptures de ligaments croisés, luxation de la rotule, hernies discales), cutanés, urinaires, le diabète, et une moindre résistance aux infections. Elle augmente le risque de développement de certaines tumeurs.


Elle aggrave fortement les problèmes de dysplasie dont souffre un nombre important de grands chiens.


Les chiens obèses peuvent avoir une « résistance à l’insuline » ce qui signifie que le traitement du diabète est moins efficace et que les doses requises seront plus importantes.


Elle augmente les risques en cas d’anesthésie.


Elle raccourcit la vie de votre compagnon.

 

Les remèdes

 

Si votre chien est en léger surpoids ou obèse, il faut consulter votre vétérinaire qui établira un bilan de santé, recherchera les éventuelles causes pathologiques, puis vous aidera à mettre en place un régime et vous conseillera le mode de vie approprié à votre chien.


Etablissez une feuille de suivi nutritionnel indiquant la date, le poids actuel, le poids à atteindre, la nature et la quantité de nourriture. (téléchargez la feuille de suivi nutritionnel) Conservez cette feuille de suivi facile d’accès afin que vous puissiez suivre les progrès de votre chien.

Pesez votre chien toutes les mois, pas plus, au même moment de la journée pour suivre son évolution. Mais ne vous affolez pas et ne le privez pas de manger en cas de légère reprise de poids. Le processus est lent et plein de rebondissements.


Demandez conseil à votre vétérinaire sur la nourriture à lui donner. Le choix de la nourriture dépendra de sa race, son âge, son activité physique etc.….

Vous pouvez également prendre contact avec un vétérinaire nutritionniste qui établira des menus croquettes ou humides ou mixtes adaptés en fonction de l'âge, du poids actuel et du poids à atteindre, au goût de votre chien . Quelque soit la formule ou l'aliment de base choisi, le régime sera parfaitement équilibré. De plus, le nutritionniste suit l'animal durant toute la durée du régime et représente un réel soutien pour le maître. Il vous explique comment changer de nourriture et rajouter des légumes. Vous pouvez demander l'adresse d'un vétérinaire nutritionniste à votre vétérinaire ou demander une ration au docteur BLANCHARD, vétérinaire nutritionniste sur son site http://www.cuisine-a-crocs.com/

Réduisez de 25% la consommation de calories puis par tranches de 10% toutes les deux ou trois semaines jusqu’à arriver à une perte de poids de 1% par semaine. Si votre chien est obèse et que sa ration doit être réduite davantage en quantité et en calories, consultez un vétérinaire.


Supprimez tous les bonbons, petits bouts de pain, de fromage et autres friandises.


Supprimez toute nourriture en dehors de ses croquettes. Pas de grappillage à table à vos heures de repas par exemple. (Isolez- le dans une autre pièce à l’heure des repas).


Vous pouvez répartir sa ration alimentaire quotidienne en 4 petits repas (au moins 2). Ne lui laissez jamais de nourriture à disposition. Si vous avez plusieurs chiens, nourrissez-les, les uns après les autres pour éviter la tentation de vol dans le bol voisin et pour mieux contrôler la prise de nourriture.
Limitez les sorties non surveillées de façon à ce que votre chien n’aille pas quémander de la nourriture chez les voisins, que vous aurez prévenus que votre chien est au régime.


Laissez-lui de l’eau fraîche en libre-service. Sa consommation doit être de 20 à 50 ml par kilo de poids corporel et par jour. Elle augmente en climat chaud, chez le chiot, la chienne qui allaite et en période de travail.


Ne passez pas brutalement à une nouvelle nourriture sans adaptation préalable. Commencez par mélanger la nouvelle nourriture en petite quantité à l’ancienne puis augmentez graduellement la proportion de nouvelle nourriture. L’adaptation peut se faire en une semaine (voire plus selon la sensibilité du chien). Un changement brutal de nourriture peut conduire à un refus de s’alimenter et entraîner des troubles gastro-intestinaux.


Servez-lui ses repas tous les jours aux mêmes heures, au même endroit.


Veillez à ce que personne (enfants, voisins etc.…) ne lui donne à manger à part la personne préposée à ses repas.


Mettez en place un programme d’exercices physiques et de remise en forme. L'exercice physique a pour but d'augmenter les dépenses en énergie et de prévenir la perte de masse musculaire et de minéraux osseux. L'augmentation de l'activité doit se faire de façon graduelle. Une marche rapide de 30 minutes ou de 2 fois 15 minutes est conseillée chaque jour. L'effet de la réduction pondérale associé à l'exercice physique améliore généralement l'endurance de l'animal.


Quand votre chien aura retrouvé son poids idéal, continuez à surveiller son poids et demandez conseil à votre vétérinaire pour le choix de la nourriture à lui donner.


Dans tous les cas, sachez qu’il est pour eux aussi, plus facile de prendre du poids que d’en perdre. Néanmoins, il n’est jamais trop tard pour passer à l’attaque des kilos en trop même si cela exige patience et détermination.


Pour finir, méditez ceci : Aucun animal dans la nature n’est trop gros.

 

 

 

 

 




 

Tous nos textes nos photos et graphismes sont déposés en Copyright
Reproduction même partielle interdite sans l'accord de l'Association et des auteurs

 

thème librement inspiré du template beez http://www.free-css.com/